[Info] Qu’est-ce que le financement participatif ?

Salut les No Names. Comme vous allez pu le voir ces dernières années, le financement participatif est de plus en plus présent. Que ce soit pour financer des projets, ou alors aidez les streamer et les vidéastes à lancer leur projet, il y a de plus en plus de solutions présentes sur le net pour soutenir nos créateurs préférés.

Aujourd’hui, nous allons voir quelle est la définition du financement participatif et quelles sont les différentes solutions présentes sur Internet.

D’un point de vue juridique.

Dans cet article, nous allons nous concentrer sur la législation française. Pour qu’une plate-forme de financement participatif soit reconnue légale par les arrêtés françaises, il faut que celle-ci affiche la marque collective « plate-forme de financement participatif régulé par les autorités françaises », la marque étend déposée à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI). Attention alors à bien vérifier que le label a été décerné au site Internet.

Le financement participatif est réglementé par un cadre juridique sécurisé depuis le 1er octobre 2014. Il existe alors de statut juridique différent :

  • pour les plates-formes d’investissement, le statut de conseil en investissements participatifs (CIP)
  • pour les plates-formes de prêt, le statut d’intermédiaire en financement participatif (IFP). Les plates-formes de dons peuvent adopter ce statut de façon volontaire.

Pour avoir plus d’informations d’un point de vue juridique, nous vous conseillons d’aller directement sur le site du Ministère de l’économie du gouvernement français.

Les différents types de financement participatif.

Il existe plusieurs types de financement participatif. Le plus courant est sans doute le financement participatif avec contrepartie, c’est-à-dire que la personne qui reçoit le financement s’engage à donner aux donateurs une contrepartie, comme par exemple un accès anticipé au projet. Sinon, il existe également le don simple, c’est-à-dire que le donateur ne s’attend pas à recevoir une contrepartie. Un peu plus rare, il existe également le financement participatif fonctionnant comme un prêt, c’est-à-dire que la personne qui reçoit le financement s’engage à rembourser le donateur. Enfin, il existe financement participatif dit « capital investissement », c’est-à-dire que la personne qui finance devient en partie propriétaire du projet, en injectant une partie de son capital personnel ou professionnel.

D’un premier abord, on peut penser que les deux premiers types de financement participatif sont les moins risqués. En effet, la personne demandeuse reste propriétaire de son projet. Les personnes qui le financent non pas à donner un avis ou à imposer des conditions en contrepartie de leur participation. Attention toutefois, la plate-forme qui héberge le financement s’autorise le droit de supprimer le projet si celui-ci ne répond pas à certaines règles prévues par la loi. De plus, cette dernière prend en moyenne 10 % de commission de chaque somme perçue par le demandeur. C’est une chose à prendre en compte quand il s’agit de déterminer quelle est la somme finale nécessaire pour financer le projet.

Les différentes plates-formes.

Il existe aujourd’hui différentes plates-formes de financement participatif. Les sites les plus connus sont sans doute Kiss Kiss Bank Bank ou encore Tipee, renommé chez les streamers. Avant de choisir la plate-forme qui va héberger votre projet, lisez bien les conditions d’utilisation. Faites également attention à la popularité de la plate-forme et à sa facilité d’utilisation. Les donateurs auront également plus confiance en une plate-forme qui est connue. N’utilisez pas un site qui est très peu connu et encore moins qui n’a pas le label cité au début de l’article.

Si vous voulez passer par un tel moyen, réfléchissez d’abord sur les avantages de celui-ci mais également à la contrepartie que vous pouvez proposer. Posez alors les pour et les contre ainsi que les contreparties graduelles qu’il est pour vous possible de proposer. Établissez également un plan média afin de faire connaître votre projet et ainsi attirer les investisseurs. Car, sans visibilité, votre projet est voué à l’échec. Ce sont des points sur lesquels il est important de réfléchir avant de se lancer. Regardez alors ce qui se fait autour de vous, et si possible des projets qui se rapprochent au vôtre. Cela vous permettra alors d’établir la faisabilité du projet mais également la possible popularité de celui-ci. Une bonne communication est la preuve de votre sérieux sont des points-clés qui peuvent attirer des investisseurs et qui vont les pousser à faire connaître votre projet.

Nous espérons que l’article vous a aidé à en savoir plus sur ce phénomène de plus en plus présent sur le net, quelque soit le projet (même pour faire une omelette XD). Si jamais vous avez des questions, n’hésitez pas à nous les poser en commentaires.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :